Jura 47, Fribourg

logements pour étudiantes et étudiants

Type d'objet mandat d'étude parallèle, 1er prix
Maître d’ouvrage Basellandschaftliche Pensionskasse (BLPK) - Adimmo AG
Durée 2021 / .....
Etat Publication mise à l'enquête 14.04.2022

IDÉE DIRECTRICE _ CONCEPT ARCHITECTURAL : dans le contexte urbain, le projet propose un volume compact en forme de « L » qui tient le bord du terrain et qui doit encore renforcer l'évolution vers un quartier urbain avec un mélange vivant d'habitations pour jeunes et aînés, de travail et de loisirs. Le projet cherche à créer une relation contextuelle avec son environnement tout en visant une grande fonctionnalité et une utilisabilité optimale des espaces intérieurs et en garantissant la qualité des espaces extérieurs au-delà de la parcelle proprement concernée.

Concernant l’immeuble actuel, un permis de démolir a été octroyé en 2021. Le bâtiment de remplacement prévu contribuera encore à la densification du centre-ville et à éviter le mitage du territoire. Non seulement en raison de la proximité immédiate de l’université, mais aussi par rapport au caractère encore brut et inachevé des projets de vie des étudiant-e-s qui animeront le site, le Maître de l’ouvrage, BLPK la Caisse de pension de Bâle-Campagne, ne pouvait pas trouver de meilleure affectation. Le projet présenté est le résultat d’un mandat d’étude parallèle gagné.

Une utilisation économe des ressources disponibles et le respect de l’environnement sont les éléments clés du projet. Dans l'ensemble, celui-ci utilise un langage clair et précis, qui offre un cadre généreux et une grande marge de manœuvre à la vie quotidienne des étudiant-e-s. Il est appelé à enrichir le quartier d'un nouvel élément dynamique. A l'extérieur, le corps de bâtiment s'adapte aux règles strictes du plan d'aménagement. Des bandeaux disposés selon un rythme régulier structurent les façades. Ces saillies horizontales dessinent des bandes alternées, fermées et ouvertes, qui courent sur l'ensemble des façades. 

L'adressage du bâtiment est clair et son organisation est fonctionnelle et rigoureuse. Le concept vise à offrir le plus grand contact possible entre les espaces publics et privatifs, tout en garantissant la sphère privée. Que ce soit par la rampe douce (6%) ou les quelques marches d'escalier, le passage principal de la Route du Jura mène de l'extérieur au rez-de-chaussée surélevé « Hochparterre » et donne accès à la réception ainsi qu'aux zones de circulation verticales vers tous les étages. L'accès principal, situé en retrait du niveau de la rue, est un geste accueillant qui guide les habitants et les visiteurs vers l'entrée et le porche. Le parvis, espace extérieur couvert sert de point de rencontre à l'abri des intempéries. C'est également ici que l'on prend son courrier. Le hall d'entrée haut de deux étages permet aux résidents et aux visiteurs de s'orienter clairement. 

La zone de couloir élargie crée une ambiance commune, une animation atmosphérique de la zone d'accès garantit un haut degré de flexibilité et offre une qualité de séquences variables avec la réception, la grande salle d'étude et le bar à café. Les zones de rencontre lumineuses et les espaces d’études offrent des ambiances variées. Les transitions entre la réception et les chambres et appartements privés doivent favoriser la communication et l'interaction entre les habitant-e-s. Les espaces collectifs ne sont pas seulement concentrés au Hochparterre. Les buanderies -my beautiful laundry : ceux et celles qui font la lessive ici se rencontrent-, les salles d'études et les coins fumeurs sont répartis sur tous les étages et disposés autour des distributions verticales de manière à être inondés de lumière. Leurs façades intérieures vitrées offrent des perspectives visuelles. Le projet vise ainsi à créer les meilleures conditions pour une communauté d’habitant-e-s vivante, qui peut également apporter une contribution précieuse à la vie du quartier.

Alors que le socle situé sur le versant est prévu à être construit en béton apparent coulé sur place, une trame de piliers est proposée pour la partie en surface à partir du niveau de la rue. Le rythme de la structure porteuse détermine aussi bien l'apparence intérieure que l'aspect de la façade. La grille d'axe des murs de séparation des studios est reprise pour le concept statique de transmission verticale des charges. 

Depuis la route des Bonnesfontaines, on accède de plain-pied aux places de stationnement pour vélos par la rampe existante (5,8%) au niveau du socle. Le vaste garage à vélos devient un autre lieu de rencontre pour les habitants. Un petit atelier de réparation de vélos complète l'offre. Dans les corridors s'alignent les armoires vestiaires verrouillables pour les effets personnels et les vêtements de vélo mouillés. La livraison et l'élimination des déchets se font également à partir de ce niveau de base. C'est également là que se trouve le local du concierge, avec un accès direct depuis l'extérieur et l'intérieur.

À l'extérieur, à l'abri de la barre d’habitation estudiantine, le grand jardin et sa pergola offrent un espace pour les contacts sociaux dans une situation de campus avec des pelouses fleuries et ensoleillées. À l'ombre des arbres urbains indigènes à haute tige, résistants au gel et à la sécheresse, tels que l'érable, le hêtre, le chêne ou le marronnier, le jardin répond au souhait de zones de rencontre à l’échelle du lotissement. En tant qu'espace ouvert et généreux, il deviendra un lieu d’échange apprécié par beau temps. C'est ainsi qu'un campus pour l'habitat étudiant doit voir le jour, permettant la communauté pour les rencontres et les échanges ainsi que le retrait pour l'étude concentrée.